L’Oeil du photographe en danse

L’OEIL DU PHOTOGRAPHE 1

DAVID DÉCAMPS, AUTEUR DU PREMIER SHOOTING TENSHANN
https://www.daviddecamps.com/

To Dance, Coney Island, USA, 2013

Salut, est-ce que tu peux m’indiquer depuis combien de temps tu pratiques la photographie, pourquoi en noir et blanc particulièrement, et pourquoi tu as choisi la rue comme premier terrain de chasse ?

Alors, maintenant cela fait environ sept ans que je pratique la photo de rue (depuis 2013) et que je tente de capter les instants poétiques du quotidien. J’aime particulièrement le noir et blanc pour de multiples raisons, notamment pour le côté intemporel du rendu, la douceur que ces trois nuances (noir, blanc et gris) dégagent…

La rue m’est tombée dessus, en quelques sortes. C’est un véritable studio à ciel ouvert, pour moi. Comme une immense cours de récréation !

Des endroits préférés à photographier ?

Je n’ai pas d’endroits vraiment préférés, si ce ne sont les lieux qui m’offrent des beaux moments à capturer.

Si je te dis « danse » c’est quoi le premier truc qui te vient à l’esprit ? En tant que photographe mais aussi en tant que simple spectateur ?

La notion de mouvement. Ce qui d’ailleurs compte énormément en photographie de rue. Car, même si cela peut paraître paradoxal vu que l’on parle d’un art qui fige, la photographie nécessite la présence de mouvement. Ne serait-ce que très léger.  

Est-ce que tu as des références culturelles à me citer en danse ? Des chorégraphes ou des danseurs ? Des photos de danse, des scènes de ciné de danse, des poèmes ?

Alors, en ce qui concerne la photo de rue, j’ai cette photographie — intitulée « Chez Maxe » que j’ai pu voir et dont j’ai pu lire l’histoire au sein du livre photo « Ce jour-là » de Willy Ronis — et qui représente un jeune homme dansant avec deux jeunes filles de part et d’autre de lui.

Pour ce qui est des danseurs, je vais avoir en tête Michael Jackson qui était, à mes yeux, presque meilleur danseur que chanteur !  (Voir la playlist video danse avec le documentaire Invincible sur Michael Jackson).

Tu sais danser ?

Je ne pense pas être un mauvais danseur, ni même un bon ! En fait, je pars du principe de ne pas trop prêter attention aux regards des autres. Quand je danse, je suis dans ma bulle, et je me trémousse au gré de mes envies. Même si, entre nous, ma grande spécialité reste la danse du tir à l’arc dont je me garderai de décrire le mouvement précis. Droit d’auteur oblige.

Je t’ai demandé de venir shooter des mouvements, des gros plans sur des bras, des regards… Est-ce que tu peux m’expliquer en quoi c’était différent de ce que tu fais d’habitude ? 

Je t’avoue que lorsque je suis arrivé sur votre lieu de répétition, j’étais un peu stressé. Non pas à cause du sujet, mais car je ne voulais surtout pas te décevoir ! Car, à titre de comparaison, en photo de rue, je suis seul et si je rate une photo, si je manque un moment, je ne peux n’en vouloir qu’à moi-même et cela se passe entre moi… et moi ! Mais après avoir pu observer vos échauffements, me familiariser avec le lieu, l’espace, j’ai senti que tout allait bien se passer. Techniquement, les prises de vues étaient très similaires à ce que je peux faire en photo de rue. J’utilisais ma focale fixe (de 28mm) qui m’obligeait à me retrouver très près de vous, et me faufiler. C’est une sensation de liberté très agréable !

Tu le referais ou la photo de danse c’était juste pour dépanner une copine ?

Je l’ai fait pour te dépanner, mais grâce à toi et à ta capacité de transmission de ta passion pour la danse, c’est une expérience que je referai avec grand plaisir !

Tu veux bien me raconter la photo ci-dessus, avec Camille ?

Alors, on a pris cette photo à la fin de la séance (qui a durée pas loin de 2h30 si je me souviens bien). Il ne s’agit pas d’un moment anodin, car j’ai pu prendre le temps de vous jauger et de mieux comprendre comment vous capturer. Vous posez aussi, ce qui n’est pas dans mes habitudes. C’est le comble du luxe pour moi qui, d’habitude ne maîtrise pas mes sujets, de pouvoir vous placer etc. Même si je ne suis pas trop du genre à diriger. C’est d’ailleurs ce qui s’est passé, puisque tu es à l’origine de la position initiale et finale. Je n’ai quasiment pas eu besoin de vous demander de bouger. Mon rôle étant de trouver l’angle le plus adapté afin de tirer le maximum d’émotions se dégageant de votre position. Ce que, j’espère, j’ai réussi à faire !

Est-ce que tu peux m’expliquer dans quel état d’esprit tu te trouves en ce moment, avec le confinement, ta sensibilité ? Ce n’est pas facile à vivre, à ressentir pour les artistes ? Ça t’inspire ou ça te tétanise ?

Eh bien, au début du confinement (il y a 15 jours de cela, au moment où je réponds à ta question, 31 mars 2020 ndlr), je me sentais comme orphelin. Mais ce contexte exceptionnel m’a permis d’explorer de nouveau terrain photographique, et de me focaliser encore plus sur la notion de lumière et d’objets inertes. Je me suis d’ailleurs fait la réflexion et me suis rendu compte qu’à contrario de figer un mouvement, une expression ou une scène dans la rue, je tente de donner du mouvement à un moment, un objet, une scène. 

Donc je dirais que cela m’inspire plus que ne me tétanise, et j’irais même plus loin en disant que cela me permet de sortir de ma zone de confort photographique.

Des actus pros photo ? 

Je n’aime pas trop parler de projets tant qu’ils ne sont pas finalisés ou réalisés (sinon j’ai l’impression que le travail est fait alors qu’il reste à faire), du coup je vais rester vague en te répondant que, oui, j’ai des projets en cours, des séries photos notamment. Suspens et patience !

Ton rêve n°1 en tant qu’artiste c’est quoi ?

De pouvoir vivre pleinement de ma passion, de ne cesser de m’émerveiller d’instants et de rencontres, et de tenter de contribuer humblement à l’amélioration de la société à travers la promotion de l’attention, du respect, de l’empathie car ce sont des valeurs qui me sont chères.

Autre chose ? Dis ce que tu veux.

Merci à toi pour ta confiance et merci de m’avoir permis de participer au développement de Tenshann, promis à un bel avenir ! J’en profite aussi pour te dire que je suis fier de toi, que tu es pleine de talent et de ressources. Le futur s’annonce radieux !

Merci David, pour toi aussi https://www.daviddecamps.com/